3 questions (ou presque) à Ysé

Ysé sort un premier album Nouvelle Ere et sera en concert le 10 mai prochain au Labo du Théâtre Ménilmontant, la bonne occasion de lui poser quelques questions.

Un premier album renferme souvent ce qu’on avait en soi depuis longtemps. Est-ce que c’est le cas pour toi ? Quels sont les sentiments que tu avait en toi et que tu as exprimés dans cet album ?

Ysé : Nouvelle ère est un album personnel car au départ ce sont, pour la plupart, des chansons que j’ai écrites et composées. Elles ont eu une vie en concert en solo guitare-voix avant d’être arrangées pour l’album. Elles sont inspirées d’un vécu. J’y parle des doutes, des défis à relever, des peines mais aussi de liberté, d’espoir et d’amour.

Comment définirais-tu ton album Nouvelle Ere ?

J’ai voulu cet album centré autour de ma voix, que la musique soit un habillage autour d’elle puis des sonorités rock, ma musique de coeur. Cet album n’a pas un message en particulier même si l’espoir domine en général. Je dirai plutôt que c’est un patchwork d’émotions diverses rencontrées dans une vie. Des sentiments, des ressentis qui sont familiers pour la plupart d’entre nous selon notre histoire, notre vécu.

[nggallery id=47]© Photographe : Delphine Ghosarossian, Stylisme : France de Griessen, Make up: Jennifer Guernier, Hair : Virginie BG, Robe : Cliff Lee

Nouvelle Ere (ici la chanson), Sincèrement sont des morceaux très politique non ? Surtout en ces périodes d’élections ? Le monde tel qu’il est aujourd’hui ne te convient pas ?

Nouvelle Ere et Sincèrement ont un point commun : le combat. Dans Nouvelle Ere, je rends hommage à toutes ces personnes qui se battent pour des causes justes, nobles, on y parle des révolutions, des espoirs. Sincèrement parle de tous les défis personnels que l’on se lance et qu’il ne faut hésiter à oser franchir les murs comme le dit la chanson, surtout si l’on tient vraiment, même viscéralement à quelque chose ou encore à quelqu’un.

Le monde dans lequel nous vivons est difficile, cruel, nous devons sans cesse lutter pour trouver notre place mais malgré tout cela, je suis convaincue que nous parvenons toujours à trouver la solution si nous le voulons vraiment, si on croit en quelque chose puis la vie, par ses rencontres, ses expériences revêt tout de même quelque chose de magique.

Cet album semble avoir été conçu à deux avec Gregory Pouchkine ? Comment s’est fait le travail d’écriture des paroles, des musiques ?

Grégory Pouchkine a écrit 4 chansons sur cet album. Pour l’anecdote, Elle est à l’origine un poème écrit en Inde il y a presque 20 ans et qui a refait surface lors d’une discussion. Au final, c’en est devenu une chanson. Il y a eu sur Tes Bateaux, Nouvelle Ere et Online un travail à 4 mains. Je soumettais une idée à Grégory et il me renvoyait des propositions, on a fait une sorte de « ping pong » pour ces chansons. Une fois les textes plus ou moins aboutis, j’ai pris ma guitare et j’ai cherché une mélodie. En général, j’écris et je compose ensuite, cela se passe dans cet ordre.

Question subsidiaire : Quels sont les 4-5 morceaux qui tournent en boucle actuellement dans ton lecteur MP3 ?

C’est très très varié ! Amber de Electric Guest découvert récemment, Shaka Ponk My Name Is Stain, Marilyn Manson No Reflection (j’adore en général), Arno Fantastique (mon icône.. et je suis particulièrement fan de cet album A poil Commercial pour ses sonorités, atmosphères..) et enfin France de Griessen PP Haine (une reprise des Sales Majestés que je trouve très réussie, présente sur son dernier album Electric Ballerina).

One thought to “3 questions (ou presque) à Ysé”

Laisser un commentaire