3 questions (ou presque) à Olga Kouklaki

Pour les personnes qui ne vous connaissent pas encore, pourriez-vous vous présenter en quelques mots?

Olga Kouklaki : Parcours partagé entre la musique classique et la musique électronique. Entre mon piano et mon ordi. A la recherche du bonheur et de la création. Je suis un personnage assez compliqué à définir…

Vous sortez actuellement votre nouvel album I U Need pour lequel vous avez travaillé avec Marc Collin. Comment s’est faite la rencontre? Quelle a été son travail sur l’album?

Ca fait très longtemps qu’on se connaît avec Marc. Nous nous sommes rencontré lors d’une tournée de Fred Avril chez F-com ! On a travaillé ensemble pour mon premier album “Getalife”, et ensuite pour “I U Need” … Marc est quelqu’un de très important pour mon parcours artistique . Je l’estime énormément et je prends très serieusement en compte son avis artistique.

Pour cet album, il a vachement contribué au choix de titres, à la production et au mix.
En plus, pour cet album, je dois beaucoup à Fred Avril et aux chanteurs: Mélanie Pain, Liset Alea, Tim Keegan

[nggallery id=41](Portraits par Delphine Ghosarossian)

Comment abordez vous la création de vos chansons, vous composez seule? dans votre home-studio? vous composez tous les instruments?

Je compose mes titres dans mon home-studio ou ailleurs. Ca dépend. Des fois, j’écris des paroles et ensuite j’essaie de les raconter avec des accords au piano… Après, je me mets à la production en ajoutant la partie rythmique, en créant des loops ou je pose mes accords et j’ajoute des instruments, des mélodies.. Ou alors, le contraire; je commence avec une ligne de basse et une loop rythmique et après je commence à créer une ambiance, une histoire. C’est vraiment un processus spontané et variable.

Vos morceaux sont à la fois très électro et très pop. Peut-on les qualifier d’électro-pop? Si, non comment les présenteriez-vous?

C’est toujours difficile de mettre une “étiquette”. Sur « Getalife », mon premier album, on avait choisit un concept très concret, un style très limité de s’exprimer. Là, c’est différent. J’ai osé me laisser créer sans aucune barrière musicale pour arriver au fond de chaque titre, de chaque histoire. « Sweetheart » par exemple ne serait jamais « sweet » ou « ironique » sans l’ambiance cabaret et la voix de Melanie Pain !

Vous êtes grecque, comment vivez-vous la crise en Grèce?

Avec grande crainte, tristese et colère en même temps. C’est vraiment injuste tout ce qui se passe pour le peuple.

Laisser un commentaire