Le TOP 2012 de Cri du Peuple (Chroniqueur musique et politique)

Je vous jure. Il y a des amis, heureusement que ce sont des amis. Comment voulez-vous décemment que je réalise mon top 5 de l’année 2012 ? Cinq titres en un an… Bon, vu que c’est pour Chronique Musicale, je me lance. Ce sera forcément partial et incomplet. Quelques coups de cœur. Faudra que je fasse un top 12 pour 2012 pour mon blog du coup.

1- Mensch – Mystery Train (of Life) (Remix by Manvoy de Saint Sadrill)

Le titre qui me rend fou. Déjà, Mensch c’est un objet musical surprenant. Ma première découverte de l’année. Un duo évoluant entre cold wave et afrobeat, pas moins ; deux filles qui déploient une énergie intense ; un remix hallucinant par un producteur trop méconnu à mon goût.

2 – Christine – Fucking Youth

Clin d’oeil au taulier chez qui j’ai découvert ce groupe d’electro made in France. Christine c’est une sacrée claque. Une décharge brute à peine striée de scratches comme autant de soli de guitare électrique en quête du bruit blanc. Sur twitter, j’ai bien du mettre #tuerie.

3 – OrtiesAutomne autotune (Screwed n’ Chopped remix)

Le plus controversé de mes coups de cœur de cette année : mes potes me charrient encore sur le sujet. Mais je maintiens ce duo de hip hop electro mâtiné de dark transe, allant chercher ses inspirations du côté de Thiéfaine autant que de Verlaine, affichant une sexualité trash, vaut plus que le détour. Et pour bien faire un remix ralenti et désespérant.

4 – Beak >Wulfstan II

Dans l’attente d’un éventuel LP de Portishead, le second long format du side project de Geoff Barrow fait mieux que tenir le fan en haleine. En plein revival krautrock, cette plongée hallucinatoire dans un univers mécanique et hypnotique constitue la confirmation 2012. A voir en live de préférence.

5 – Rizome Corp – Crows Are Dead They Say

Pas un artiste à proprement parler. Un collectif sans visage, peuplé d’amis. Une démarche de mise en lumière, au travers de sets toujours parfaits, qui dessinent des paysages entre ombres et lumières. A savourer quand la nuit tombe sur la lande avec le feu qui crépite dans l’âtre et un single malt cask strength. Ames sensibles ne pas s’abstenir.

Laisser un commentaire