E doce morrer no mar – Paulo Flores

L’angolais Paulo Flores, ex-star du Kizomba, cette version angolaise du Zouk antillais qui commence à faire fureur même sous nos latitudes, a entamé depuis quelques années un virage vers une musique plus acoustique et reliée aux racines du Semba, ce son urbain né au XXe siècle dans la capitale du pays. Mais son approche est incontestablement moderne et tournée vers le monde.

Ce disque, intitulé Xe Povo, orchestré en partie par le brésilien Jaques Morelenbaum, arrangeur de Caetano Veloso entre autres, se distingue par une grande finesse et un dépouillement qui met en valeur la voix légèrement éraillée de Flores.

Ca commence avec une superbe reprise d’un classique brésilien de Dorival Caymmi : e doce morrer no mar oute en douceur. Plusieurs titres flirtent d’ailleurs avec la musique brésilienne, ce qui est normal vu le cousinage évident avec le Semba. Dans la plupart des morceaux, les guitares acoustiques sont mises en avant accompagnées d’un tapis de percussions créant un son chaleureux et intimiste mais au groove incontestable.

Le titre Manico, le plus proche du Semba des origines semble être à la fois un hommage aux grands créateurs de ce style et un possible tube pour la « rue angolaise ». Car si ce disque démontre un évident désir de reconnaissance internationale, on sent aussi celui de rester un artiste populaire dans ce pays qu’il a du quitter si tôt. C’est en cela que Paulo Flores est à suivre. En attendant, apprécions ce Xe povo, ainsi que e doce morrer no mar extrait de cet album, à l’écoute juste après le break !

Ajouter ce morceau à votre bibliothèque sonore : Amazon

Informations complémentaires

  • Titre: e doce morrer no mar
  • Durée: 4min 34s
  • Artiste(s): Paulo Flores
  • Album: Xe povo
  • Label: Tratore
  • Date de sortie: Juillet 2005

Laisser un commentaire