Notre entretien avec Mendelson

Mendelson« Je ne cherche pas spécialement à écrire des textes noirs. Je vois ce qui vient, et je fais en sorte que ce qui vient soit le mieux possible »

Quelques heures avant leur concert parisien, c’est dans les loges que Pascal Bouaziz et Pierre-Yves Louis nous ont reçu et ont très gentiment répondu à nos questions sur leur nouvel album sorti en mai dernier.

Un triple album monumental, sombre, fascinant et totalement hors norme, dont on avait évoqué il y a quelques semaines le titre Les Heures.

On vous avait laissé en 2007 avec Personne Ne Le Fera Pour Nous (double album), on vous retrouve aujourd’hui avec un triple album intitulé Mendelson, comment est-il né ?

Pascal Bouaziz : On n’avait pas d’idée préconçue, moi je voulais faire un album plus court que le précédent… D’abord j’ai commencé par écrire les textes, ce que je n’avais pas fait pour l’album précédent. Une fois que j’ai eu tous les textes, on s’est vu avec Pierre-Yves. Au début du travail d’association texte et musique, on avait beaucoup plus de musiques que ça encore, ça faisait cinq CDs. On a gardé les textes qui fonctionnaient, dans notre petit processus d’écriture musicale.

Comment s’est déroulée l’écriture ?

Comme j’écrivais totalement indépendamment de la musique, les textes prenaient peut-être une forme plus libre, plus longue et plus aventureuse.

Vous avez écrit en une fois en vous isolant quelques mois dans un endroit au milieu de nulle part ?

Non, ça a duré 4-5 ans. L’écriture des textes a pris très longtemps. C’était plutôt une semaine par ci, une semaine par là, pendant les vacances. Ce n’était pas du tout une période isolée, c’était un long processus.

C’est un album très sombre, comment on se conditionne pour écrire de tels textes, il faut être au fond du trou ?

Ce n’était pas une période très heureuse, et effectivement cela fonctionne souvent comme une catharsis ou comme un exutoire. Ca me fait du bien d’écrire des textes comme ça pour l’instant, on verra pour la suite.

Donc, se met-on dans un état particulier ? Non, cela m’est assez naturel. Je ne cherche pas spécialement à écrire des textes noirs. Je vois ce qui vient, et je fais en sorte que ce qui vient soit le mieux possible.

Pour le texte du titre Les Heures (titre de 54 minutes), comment s’est il construit ?

C’est comme un fil qu’on déroule. C’est un texte qui m’a suivi pendant toute la durée de l’écriture. C’est un texte qui a eu beaucoup de versions différentes. C’est du travail.

Comment sont alors venues les musiques ?

J’avais mes cahiers avec tous mes textes. Pierre-Yves a acheté une boite à rythmes, qu’on a découvert en même temps, c’était une boite à rythmes assez inventive. On faisait des sessions de travail juste avec elle. Dès qu’on trouvait un truc qui nous intéressait, je voyais si j’avais un texte qui pouvait correspondre à l’univers sonore. Dès que je sentais que ça marchait, on continuait à travailler dessus, jusqu’à ce que je pose la voix.

Il y avait une vingtaine de titres, comme ça, voix avec boites à rythmes, quelques sons de guitares, quelques sons de synthés, qu’on a emmené en studio. On s’est tous mis au casque dans le studio et on a tous enregistré par dessus.

Comment on enregistre un morceau de 54 minutes ?

On n’a pas tâtonné. On l’a fait en une prise. Quand on est sorti de la prise, on était tous conscient qu’elle était bonne. Déjà, rien que d’arriver au bout c’était pas mal.

Comment on ressort de l’enregistrement d’un tel album ?

On est content, mais à la fin de la prise c’est jamais fini, il y a après le travail de mixage. Quand on est content d’une prise on se dit toujours : « est-ce qu’on va s’en sortir au mixe ? » Comme je te disais il y avait une vingtaine de morceaux et à l’arrivée il n’y en a onze qui ont été jusqu’au bout du processus post-prise. Ca veut dire qu’après l’enregistrement il y a encore beaucoup de travail, de réflexions.

Vous avez déjà des premiers retours de cet album ?

Je trouve qu’il est très bien reçu, très bien accueilli. Je suis très content, j’ai l’impression que les gens le reçoivent comme j’imaginais. Ils sont souvent un peu séchés, abasourdis, mais ils ressentent tout de suite que c’est bien. (sourires) L’album touche tout de suite.

Peut-on parler de littérature mise en musique ? Comment définiriez-vous cet album ?

Je n’ai jamais parlé de chanson, à propos de ce qu’on faisait. Pour moi, même quand c’était une guitare acoustique ça a toujours était du rock. La chanson française ça n’est pas du tout mon univers. Il y a très très peu de choses qui m’intéressent.

C’est du rock, avec des textes qui ont de l’importance. Après le rock c’est très large.

C’est une œuvre qui éclate les frontières de la musique, à l’heure des EP, vous sortez un triple album avec des chansons hors normes, on vous le fait souvent remarquer ?

Ce n’est pas de la variété, c’est sûr. Ca n’a jamais été notre objectif.

On est libre. On n’a pas de contrainte. Tout est possible de ce qui nous plait. Il n’y a personne qui vient nous dire : « attendez les gars, ça, ça ne marche pas. Vous devriez plutôt vous concentrer là dessus. Il est où le single ? »

Vous faites des morceaux qui ne peuvent pas passer à la radio ?!

Le titre le plus long (ndlr Les Heures) est déjà passé à la radio. Pas France Inter, mais Radio Campus, … Je pense que c’est un bon titre à passer en radio, sur des radios comme France Musique ou France Culture, pour des émissions d’une heure, on fait un long voyage.

Vous avez changé de label pour vous retrouver sur Ici d’Ailleurs, comment ça s’est passé ?

L’album précédent était en vente uniquement par correspondance. Finalement on s’est retrouvé avec Stéphane Grégoire d’Ici D’Ailleurs en cours d’exploitation de l’album précédent, qu’il a distribué. C’est quelqu’un avec qui on travaille de loin en loin depuis très longtemps. A une époque on bossait avec lui sur l’administration des tournées. C’est quelqu’un qui a monté son label en même temps que nous. C’est quelqu’un qui est dans le paysage depuis très longtemps. Donc, ça semblait naturel quand on a fait cet album là de lui proposer. Il était très enthousiaste, même du triple album !

Ce triple album existe au format vinyle, comment se retrouve le morceau Les Heures ?

Cette chanson là, on ne peut pas la mettre en vinyle. Elle est trop longue, et je ne me voyais pas la couper au milieu. Dans le coffret vinyle, le premier et le troisième albums sont en vinyle, et celui du milieu est en CD.

Pour finir, vous pensez déjà à la suite ?

C’est difficile, avant que l’album soit vraiment reçu, qu’on ait fait des concerts, d’imaginer, en tout cas pour moi, la suite. Souvent les albums sont des questions, il faut attendre la réponse avant de pouvoir reposer une question. Pour l’instant c’est encore trop neuf, même si on a des envies, on ne sait pas bien encore quoi.

Laisser un commentaire