Inhibition – Dot Hacker

Dot HackerJosh Klinghoffer. Cet artiste ne vous évoque certainement rien mais il est le guitariste des Red Hot Chili Peppers depuis le départ de John Frusciante en 2010. Multi-instrumentiste de talent, Josh Klinghoffer a navigué entre le statut de musicien de studio pour PJ Harvey, Gnarls BarkleyTricky voire Christina Aguilera et le statut de guitariste talentueux au sein de formations plus modestes comme Thelonious Monster. Son entrée dans le célèbre groupe californien a relégué au second plan son nouveau groupe, Dot Hacker. L’album Inhibition est déjà enregistré mais sa sortie est différée du fait que Klinghoffer compose avec les Red Hot. En 2012, l’album sort enfin et le groupe profite des pauses de Klinghoffer avec son autre formation afin d’effectuer des petites tournées aux Etats-Unis. Depuis l’été dernier, les Red Hot Chili Peppers ont terminé une tournée de plus de deux ans ce qui laisse la possibilité pour Dot Hacker de récupérer son leader/chanteur/guitariste/claviériste afin d’entamer concrètement une tournée 2013/2014 sur le sol américain mais également en Australie pour partager le très bon Inhibition.

En l’espace de dix titres, on plonge dans un univers psychédélique, expérimental et alternatif. On ressent une réelle volonté de progression et d’une création d’une ambiance précise avec des morceaux, en moyenne, de cinq minutes. Order/Disorder donne le ton avec une basse et des guitares progressant rapidement dans l’intensité, accompagnées d’une batterie classique mais bien présente et de la voix planante et lointaine de Klinghoffer. On ne distingue pas clairement les mots alors la voix devient alors un instrument, se mélange et se fond dans l’ambiance de l’album. Sur Idleidolidyl, la voix et le piano ne font qu’un mais forment un mélange détonnant avec une basse et une batterie galopantes, des effets psychédéliques de guitare, une autre guitare mais acoustique et des chœurs. Dot Hacker est un groupe expérimental et s’affiche clairement comme étant le terrain de jeu de Josh Klinghoffer. Le troisième titre, Eye Opener, nous détache de la voûte terrestre et nous laisse planer en compagnie de la voix aiguë du leader. Discotheque et Be Leaving font échos à l’idée de progression avec une alchimie particulière et déroutante. The Earth Beneath est le titre le plus sombre avec une ambiance presque dérangeante dans la relation chant/piano et contraste nettement avec Inhibition, morceau éponyme, balade lumineuse rappelant Radiohead et Tom Yorke. La comparaison est d’ailleurs de rigueur avec un Yorke multi-instrumentiste et omniprésent dans son groupe tout comme Klinghoffer. Sur The Wit of the Staircase, ce dernier s’envole dans les aiguës accompagné des synthés et du piano. Quotes et Puncture achèvent en douceur l’album avec un dernier morceau laissant place à un final majestueux englobant des envolées lyriques, un piano bavard et un solo de guitare rappelant que Klinghoffer défend une excellente réputation de guitariste. Inhibition n’est pas destiné au grand public et cela se ressent durant toute l’écoute de cet album alternatif et expérimental. La qualité est flagrante mais l’aspect expérimental peut être rédhibitoire pour certains auditeurs. Malgré son appartenance à un groupe de funk/pop/rock comme les Red Hot Chili Peppers, Josh Klinghoffer se révèle être un artiste à l’identité musicale complexe comme en témoigne Dot Hacker.

Comme vous l’avez certainement deviné, je suis amoureux du morceau Eye Opener et je vous laisse avec, savourez.

Ajouter cet album à votre bibliothèque sonore : Amazon

Informations complémentaires

  • Artiste(s): Dot Hacker
  • Album: Inhibition
  • Label: ORG Music
  • Date de sortie: Mai 2012
J'aime(0)(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.