Moonchild – Klaus Doldinger

Klaus DoldingerJ’ai choisi cette semaine un morceau de Klaus Doldinger intitulé Moonchild, présent sur la bande originale du film The Neverending Story (1984), sur laquelle Doldinger partage l’affiche avec le moustachu Giorgio Moroder.

Né en 1936 à Berlin, ce qui fait beaucoup pour un seul homme, le pauvre Klaus Doldinger a pour lui d’être l’un des plus grands musicien et musicologue de sa génération. Avant l’âge d’avoir du poil aux pattes, il fréquente le conservatoire de Düsseldorf tout en jouant avec plusieurs groupes dans les années 1950, puis suit une formation d’ingénieur du son. Après le Klaus Doldinger Quartett, il compose à tout va (pub, ciné, théâtre), puis fonde l’immense groupe Passport, avec lequel il va exploser le genre jazz-rock-fusion dans une putain de concurrence avec Weather Report, lui aussi formé en 1971.

Je me souviendrai toujours l’insistance du fan avec laquelle mon père tenta, longtemps en vain, de nous faire écouter, à mon frère et moi, l’album Iguacu (1977) et sa formidable pochette : « Et puis, tu sais que les plus grandes chutes du monde, c’est pas Niagara, c’est Iguacu ! » Le pire, c’est qu’il avait raison : pas sur les plus hautes chutes d’eau, mais sur la qualité de ce groupe. Depuis, j’ai pu prendre plaisir en écoutant, outre Iguacu, les albums Ataraxia (1978) et Oceanliner (1980). Il faut savoir que Jack Seps (mon frère, donc) est un digger sans complexe ; il y a peu, il m’a fait écouter en partie cette extraordinaire BO du film L’Histoire sans fin, que tous les enfants des années 1980 ont vu des dizaines de fois. Sauf nous. Et Jack de me faire deviner sa découverte : le titre Moonchild a été samplé par Para One et Tacteel (Fuckaloop) pour le titre Sans Fin, de L’Atelier sur Le Buffet des Anciens Elèves (2003), l’un des meilleurs albums qui repoussa les limites du hip hop en son temps (aussi à l’écoute ci-dessous).

Revenons à Doldinger, que mon père n’hésite pas à qualifier d’ « intellectuel de la musique » : Moonchild est un sommet de rêverie dark, un son inquiétant avant l’explosion de la 2e partie, qui fait référence aussi bien aux grandes épopées hollywoodiennes (Ben Hur ou The Ten Commandments) qu’à la sous-culture pop des eighties (Ghostbusters, Back To The Future), tandis que la 1e partie pourrait se plaquer sans problème sur une scène sale, dérangeante, choquante.

Du pur génie musical… qui fait marcher à fond l’imagination, sans fin.

Ajouter ce morceau à votre bibliothèque sonore : Amazon

Informations complémentaires

  • Titre: Moonchild
  • Durée: 1min 22s
  • Artiste(s): Klaus Doldinger
  • Album: The Never Ending Story
  • Label: Parlophone Records
  • Date de sortie: 1984 (réédité en 2009)

[cf]Concert[/cf]

Sans Fin de L’Atelier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.