Notre entretien avec Ndidi O

Ndidi O« [Cet album est] assurément plus sombre que mes précédents, parce que je vivais des moments douloureux »

Avec une voix tout à fait incroyable pleine de caractère, de force et d’émotion, qui en fait l’une des plus belle voix folk / blues du moment, Ndidi O est une habituée de nos colonnes tellement elle nous ravie à chacune de ses sorties.

C’est dans un bel appartement du 11ème arrondissement que nous avons eu le privilège de lui poser nos questions sur son nouvel album Dark Swing enregistré entre Paris et Los Angeles, et écrit à quatre mains avec Joel Shearer. 11 chansons qui naviguent entre ombre et lumière, où la soif de vie prend au final le pas sur les épreuves traversées. On aime.

Quand vous avez débuté l’écriture de votre nouvel album Black Swing aviez vous une idée précise de ce que vous vouliez ?

Ndidi O : Non, quand j’ai fait Dark Swing, j’ai juste senti qu’il était l’heure de faire un nouvel album.  Durant la réalisation de cet album, j’ai fait face à de nombreuses difficultés, j’ai du surmonter des choses très dures. Donc je ne réfléchissais pas du tout à ce que devait être cet album, j’écrivais sur la douleur que je traversais… J’ai juste écrit.

L’avez-vous écrit seule ?

Non, pour celui-ci j’ai travaillé avec l’auteur et producteur Joel Shearer qui vit à Los Angeles. Je n’avais jamais travaillé en collaboration sur un album entier. Je voulais essayer car je me suis dit que ce serait nouveau et différent. C’est ce qui s’est passé.

[nggallery id=68]par © Christian Geisselmann

Pourquoi l’avoir appelé Dark Swing ?

Il y a beaucoup de chose que j’ai laissé un peu au hasard dans cet album. Quand il était l’heure de lui choisir un nom j’avais plusieurs options, plusieurs noms différents. Yann Ollivier d’Universal m’a proposé : « Dark Swing est un si joli titre pour une chanson, nommons aussi l’album Dark Swing ». J’ai répondu « Oui, pourquoi pas ! »

Pensez vous que c’est un album sombre ?

Oui, assurément plus sombre que mes précédents, parce que je vivais des moments douloureux. Mais il aussi y des morceaux tout ou en partie qui sont plus optimistes. Musicalement, même si j’étais en lutte, je ne voulais pas que cela soit pesant, elle est donc plutôt lumineuse même si le ton général est sombre.

Les sujets sont aussi traités plus directement. C’est beaucoup plus simple que ce que j’avais fait auparavant, c’est plus direct, probablement par l’influence du second auteur.

Dans votre description Twitter vous indiquez que vous « chantez des chansons tristes »

Je chante des chansons tristes. Mon cœur, mon âme, le grain de ma voix viennent du roots & blues qui est une musique faite pour les gens, pour la souffrance des gens, pour les travailleurs. Mais je suis aussi très drôle, je pense donc que ce sont des chansons tristes mais avec beaucoup d’humour dans les situations.

Est-ce qu’une musique vous a particulièrement influencée pour cet album ?

C’est toujours une question difficile, j’écoute beaucoup de choses différentes. Je ne sais pas parmi tout cela ce qui m’a influencé et ce qui ne m’a pas influencé.

Pendant la réalisation de l’album, je n’écoutais pas beaucoup de musique en dehors de celles sur lesquelles je travaillais.

Mais après la finalisation du disque j’ai commencé à écouter beaucoup d’électro-dance. Peut-être suis-je dans ma phase électro-dance. Je ne sais pas si cela va m’influencer d’une manière ou d’une autre.  (rires)

Vous avez fait une reprise de Sugar Man, pouvez-vous nous expliquer comment cela s’est fait ?

J’avais vu le documentaire. Nous avions prévu de mettre une reprise sur cet album, car je n’en avais pas fait sur mes derniers albums. J’étais ouverte aux suggestions. Les personnes de mon équipe qui avaient également vu à des moments différents le documentaire et qui avaient beaucoup aimé, m’ont dit : « pourquoi tu ne prendrais pas cette chanson ? » J’ai répondu « ok, je vais essayer. » Cela a bien fonctionné.

Vous avez une voix avec beaucoup de personnalité, de force, comment l’avez-vous trouvée ?

Ma voix change, j’ai débuté à l’âge de 19-20 ans, sur l’insistance de quelques amis, en étant une jeune adulte, maintenant je suis une adulte plus âgée. Ma voix a des nuances différentes. Elle est peut-être aujourd’hui plus claire et ouverte qu’auparavant. Avant elle était plus lourde, plus en colère. Je me sens plus libre maintenant, je suis libre, je chante avec plus de facilité. Je pense que je suis dans un processus de découverte constante de ma voix.

Des prochaines dates de concert à Paris ?

Je vais faire un petit concert au Sunset le 11 mars, histoire de dire « Bonjour j’ai un nouvel album ». C’est un concert qui débute tôt, à 20h. Je vais aussi faire la première partie de Gregory Porter, en duo acoustique à l’Olympia le 10 mars.

Ensuite il y aura plus de dates en avril.

Comment se sont passées les shows en Allemagne ?

Très bien, j’ai joué mes nouvelles chansons avec mon groupe. Mon groupe est incroyable, j’ai beaucoup de chance de jouer avec eux. Nous nous sommes beaucoup amusés, nous avons fait de beaux concerts.

Comment est composé votre groupe ?

Nous avons Vincent Martinez à la guitare, Antonella Mazza à la basse, Hervé Bécart à la batterie. Chacun d’eux est fantastique. C’est un petit groupe, très naturel, nous avons beaucoup de plaisir et jouons très bien ensemble. A chaque fois que nous pouvons jouer ensemble je suis heureuse.

Vous avez habités Paris ?

J’ai habité Paris pendant quelques années, c’était des années très intéressantes. Maintenant, je suis très heureuse d’y revenir pour des concerts, puis de rentrer chez moi à Vancouver ou à Los Angeles.

Le public parisien a une particularité ?

Je pense que chaque endroit est différent, il y a  dans chaque ville des personnes qui réagissent différemment. Suivant les concerts, le public est parfois survolté, parfois très calme. Il n’y a pas d’entre deux. C’est l’un ou l’autre, il n’y a pas de gris.

Pour conclure un dernier mot en français ?

(en français dans l’interview) J’espère que vous aimez mon nouveau disque parce que j’aimerais faire beaucoup de spectacles dans toute la France.

Merci beaucoup

Merci.

[cf]Concert[/cf]

One thought to “Notre entretien avec Ndidi O”

Laisser un commentaire