Desdemona – Jungle By Night

Jungle By NightJ’ai choisi cette semaine un morceau du groupe Jungle By Night, Desdemona, disponible sur l’album The Hunt, sorti en 2014 chez Krinded Spirits.

C’est une histoire folle. Peu avant les vacances scolaires d’avril, je reçois un message facebook d’un pote, Julien : « Réserve ta soirée du 29 mai », m’écrit-il avec envie. Précisons tout de suite : Julien a été mon meilleur pote au collège, celui avec lequel j’ai fait les 400 coups, mais le destin nous a séparés. Nous nous étions croisés entretemps, échangions nos portables et nos facebook, mais sans véritablement prendre le temps de nous revoir. L’amitié, c’est si fragile à entretenir…

Excité à l’idée de le revoir, et touché qu’il ait fait le premier pas, je réponds oui sans réfléchir. La soirée, c’est un concert de Jungle By Night à la Flèche d’Or. Je ne connais pas, Julien est fan et m’assure que je vais adorer. Avant le concert, chez lui, après nos chaudes retrouvailles, il me fait saliver en racontant leur histoire qui, un jour, croise la sienne. Groupe de très jeunes néerlandais, il les rencontre par hasard dans un bouge d’Amsterdam, d’où ils sont originaires. Une vraie claque qui se transforme en traque ; Julien les suit (presque) partout. Ils sont une bande d’amis boutonneux passionnés de funk, d’afro-beat et d’ethio-jazz, de Mulatu Astatke, Fela Kuti, Tony Allen, Ebo Taylor, qui, le plus naturellement du monde, un beau jour, en 2010, montent sur scène. L’aventure commence.

Férus de live, ils donnent tout, sortent des EP, puis des LP, font des tournées de dingues, et enflamment chaque lieu. Accompagné d’un pote sympa, Julien me décrit le truc : « Tu verras, ils sont très jeunes, ils sont beaucoup (presque une dizaine sur scène), et c’est le gros bordel ! » Exactement ça. Jouissif. En train de terminer mon whisky maison quand ils débarquent, mes hanches se mettent à danser toute seule sur Empire en ouverture, mon esprit s’évade et une véritable banane se dessine sur mon visage. Très énergiques sur scène, ils sont effectivement beaucoup, avec des têtes de jeunes du Nord, des têtes d’ado nerd, et font le show, entraînant tout le monde dans le mouv’. Je reconnais derechef l’ombre planante de ceux cités plus haut ainsi que, sur un ou deux titres, celle d’un Jim Morrison sous acides en train de se frotter langoureusement à des culs pléthoriques made in Nigeria. Ce soir, dans la petite mais si chaude scène de la Flèche d’Or, l’atmosphère n’est que good vibration et love on the beat ! Ces p’tits trous du cul hollandais sont surtout des putains de musiciens, que ce soit les cuivres, les percussions, la basse, l’organiste qui oscille entre son synthé et son Hammond… C’est rythmé, répétitif, riche, sans se réduire à un hommage pompeux, fêtard avec une pointe de sombre mélancolie à peine perceptible. Musique syncrétique : quand une dizaine de Néerlandais nés au début des nineties réinterprètent l’afro-beat et l’ethio-jazz, ça donne ça. Encore merci, Julien !

Ajouter ce morceau à votre bibliothèque sonore : Amazon

Informations complémentaires

  • Titre: Desdemona
  • Durée: 3min 09s
  • Artiste(s): Jungle By Night
  • Album: The Hung
  • Label: Kindred Spirits
  • Date de sortie: Avril 2014

J'aime(0)(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.