Notre entretien avec Bobmo

BobmoAprès de nombreux EPs, Bobmo s’est décidé à sortir son premier maxi New Dawn, sous le label Marble. A cette occasion, le jeune DJ a satisfait ma curiosité.

Alors, qu’est-ce qui t’a poussé à proposer ce premier album, New Dawn ? (le format, un nombre important de compositions, …)

Bobmo : J’ai toujours voulu en faire un. comme tout le monde je collectionnais beaucoup d’albums quand j’étais plus jeune et c’est quelque chose qui m’attirait quand je commençais a faire de la musique, plus que les singles en fait. Mais c’est en faisant tous ces EPs que j’ai pu progresser, me faire une vision globale de ma musique puis me lancer sur un long format. Bien sur le format EP me plait mais je le trouve vraiment court quand tu as pleins de choses a dire. Il y’a des morceaux de l’album que je n’aurai jamais sorti sur des maxis.

A l’écoute de New Dawn, on oscille entre musique électronique de club comme When I Look, Mind Control ou I Want You et des morceaux plus psychédéliques et tirant même sur l’aspect rave comme Memories, It’s Happening Again ou Sonic Soul. Avais-tu une volonté, durant la composition, de proposer un univers varié et non pas statique ?

Oui complètement, je ne voulais surtout pas faire un album de tools 100% techno ou house, je n’en vois pas l’intérêt. Je fais de la musique tout court, c’est club la plupart du temps mais bizarrement je ne me considère pas comme un vrai producteur de house. Pour cet album j’ai voulu faire une collection de morceaux qui me ressemblent, l’aspect brutal et l’autre très deep sont pour moi connecté. J’aime l’esthétique rave anglaise, le disco, j’aime la dance américaine des années 80 et 90… et des choses récentes aussi mais ce coté super naïf des débuts de la musique de club m’inspire vraiment, quelque soit le style. J’ai voulu mélanger tout ça et le faire a ma façon.

On note la présence de Para One et Surkin, tes compères de Marble, mais aussi de Shaun J. Wright. La présence des deux premiers m’étonne moins, comment t’es venue l’envie de travailler avec Shaun J. Wright ?

Faire un morceau avec Para One et Surkin c’était quelque chose de normal pour moi. Je les connais depuis longtemps, on a déjà pas mal collaboré ensemble. Pour Shaun J. Wright, je cherchais un chanteur dans ce registre et j’ai pensé a lui après avoir écouté des morceaux d’Hercules & Love Affair dont je suis super fan.

Depuis quelques temps, Marble gagne en notoriété avec une grosse présence sur la scène électronique française comme Bromance ou Ed Banger. Est-ce que la notoriété change ta vision de DJ et tes compositions, comme si tu avais une pression supplémentaire ?

Pas du tout, je me sens toujours aussi libre. Je ne fais pas trop attention a ça, j’essaye de rester moi même tout en évoluant naturellement.

Je laisse toujours un espace dédié aux artistes, tu peux conclure de la manière dont tu le désires (anecdotes, promo, recommandations musicales, …).

Je viens de sortir un remix pour Alexander III du groupe Azari & III dont j’avais vraiment aimé l’album d’il y a 3 ans. Contrairement à l’album, le remix ressemble plus à un dj tool.

Laisser un commentaire