Fujiya & Miyagi – EP2

Il y a des choses qu’on aime parce que dans un premier temps elle peuvent nous déplaire, nous sembler horripilante, malsaine ou dégoûtante.

Prenez par exemple l’odeur de l’essence, on ne peut pas dire qu’elle sente bon, c’est même tout le contraire, on l’aime parce que ça pue. Pareil pour les fast-food ou la glace à la vanille (N’allez pas me dire que la glace à la vanille c’est bon. C’est horrible ! Mais on l’aime pour ça).

Quand j’ai écouté cet EP pour la première fois (et ce groupe par la même occasion), je n’ai pas apprécié les deux premiers titres, mais une espèce de retenue perverse et pourtant bienveillante m’a poussé à ne pas appuyer sur la touche next.
Je restais alors sur mes gardes, méfiant et attentif.

Swoon, le troisième titre me mit directement dans les rails, dès ses premières notes, comme la foudre tombe sur mes oreilles circonspectes.

Voila Fujiya & Miyagi c’est ça, c’est vicieux, c’est insidieux et c’est follement captivant !

D’un coup d’un seul, je fus saisi. Incapable d’arrêter le disque qui tournait en boucle, je ne pouvais qu’admirer et m’abreuver de ces chansons qui maintenant me fascinent. A la fois dense et complexe, revêche et séducteur cet EP , comme un grand vin, ne se révèle pas tout de suite, il n’embrasse pas dès le premier soir, il ne se déshabille pas au premier verre.

Fujiya & Miyagi font partie des ces groupes qui nous restent pour la vie, qu’on oublie pas comme un autre. Un peu comme des Prefab Sprout ou des Klaxons, on a une relation particulière avec ces groupes… Un lien sentimental s’est construit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.