Notre entretien avec Rover

« Démanteler un disque et vendre la musique en dichotomisant tout sur internet enlève une grande part d’imaginaire »

Alors qu’il enchaine les dates de sa tournée relative à Let It Glow son deuxième album, Rover s’est arrêté quelques instants pour nous parler de ces moments particuliers devant le public, de son amour de l’analogique, du format album et de son année 2017.

Pour les parisiens, sachez qu’il se produira le lundi 27/02/2017 dans la magnifique salle Pleyel, inutile de vous dire qu’on y sera !

(c) portrait par Delphine Ghosarossian

Vous êtes au milieu de votre tournée, comment ça se passe jusqu’à présent ?

Rover : Super ! J’ai du m’arrêter pendant deux trois mois à cause d’une blessure, je me suis cassé le genou, mais la tournée est encore plus jouissive que celle du premier disque. J’ai appris à savourer encore plus l’instant présent. Il y a des choses qui ont tendance à nous passer devant lors d’une première tournée, à nous échapper et on se rend compte avec le recul et le temps qui passe que peut-être on aurait du les savourer plus parce que ça donne de l’énergie pour assumer et affronter des moments plus durs. Là, c’est moins le cas, j’ai un plaisir réel et à 100% d’aller sur scène malgré cette blessure, mais c’est anecdotique parce que j’ai repris la tournée. Je me rends compte que c’est tous ces petits moments ajoutés qui font qu’à la fois le métier de musicien en live se passe bien et est agréable. Ca récompense aussi les moments de travail solitaire. Il y a un effet saisonnier en fait, il y a l’hiver où on écrit, le printemps où on va en studio et l’été où on joue. Il y a un truc très logique et j’en avais pas forcément conscience sur le premier disque. Mais là la tournée me le rend au centuple.

Sur votre site internet il est indiqué que vous avez déjà fait plus de 200 concerts…

C’est vrai. Ce n’est pas pour lui faire sa publicité mais c’est important d’en parler parce que ce sont des gens qui travaillent dans l’ombre, j’ai surtout un tourneur qui est très compétent, qui est très efficace et très sympathique d’ailleurs. C’est W Spectacle aussi chez Wagram. C’est un travail vraiment en collaboration avec lui, cibler les bonnes salles, cibler le public, les régions de France et à l’étranger, il peut aussi trouver plein de dates si le spectacle se passe bien. Tout ça se passe très bien, je travaille avec lui depuis le début et ça porte ses fruits. Ce qui fait des tournées très denses. Pour moi, plus il y a de concerts, plus je suis heureux. Il n’y a pas plus belle récompense que d’aller jouer dans des lieux différents tous les soirs et d’arriver tous les matins dans un lieu différent, d’installer ses instruments, rencontrer un public qui réagit différemment en fonction des morceaux, en fonction du lieu où on joue, parfois en plein air, dans des arènes…

Est-ce qu’il y a des lieux que vous retenez particulièrement ?

Il y en a beaucoup. C’est souvent les lieux auxquels on ne s’attend pas, et qui sont un peu hors schéma. On a eu la chance, je dis « on » pour inclure l’équipe technique, de jouer dans des lieux un peu atypiques comme des églises, ou des festivals en plein air, des bars en sous-sol. Ce n’est pas forcément des lieux propices aux concerts mais on s’adapte.

Sur les deux albums, il y a eu une vraie brochette d’endroits atypiques qui me laissent de très beaux souvenirs. C’est une réelle formation pour apprendre. Où ayant rouler sa bosse dans des lieux où il a fallu s’adapter au son, au public, on arrive, quand il y a un problème technique, ou une surprise durant le spectacle, à retrouver ses marques et à retomber sur ses pieds, sur son pied (rires).

Vous allez être à la Salle Pleyel le 27 février 2017, est-ce une date particulière ?

Oui, c’est très symbolique, c’est une scène un peu rêvée pour moi. J’ai eu la chance de la découvrir en faisant la première partie de Aaron il y a quelques années. C’est un de mes plus beaux souvenirs. J’ai joué seul à la guitare en première partie, c’est un des souvenirs les plus intimidants, mais dans le bon sens. C’était avant qu’elle soit refaite. Je sais que le catalogue s’est ouvert, avec une palette de musique qui s’est élargie. Je suis très ému d’y jouer, parce que j’ai de bons souvenirs de cette salle et je trouve qu’elle a une élégance qui impose le respect. Pour moi c’est très important quand je vais faire de la musique de respecter la musique, le lieu et les gens et avoir une part d’arrogance par moments. Le rock’n roll c’est une arrogance élégante. Et ce lieu va s’y prêter. Je sais qu’il y a des concerts qui peuvent m’angoisser, que j’appréhende, là, je sais que j’ai vraiment hâte d’y être.

Vous êtes en pleine tournée, est-ce que ça vous laisse le temps de travailler sur le prochain album ?

C’est assez compliqué pour moi d’écrire sur la route. J’emmagasine plein d’idées, des morceaux de musique, des bribes, des suites d’accords, des paroles, c’est très fouillis. Je note ça dans des calepins, j’enregistre sur un dictaphone. Il n’y a pas de chanson entière qui sorte, il m’est impossible de m’abandonner complètement à l’écriture en tournée. Je suis toujours à l’affut, dans une autre phase de travail qui est l’expression scénique.

Pour moi l’écriture d’un disque demande de la solitude dans un lieu dans lequel j’ai mes repaires, avec des objets fétiches ou non, où j’ai presque inconsciemment des horaires de bureau. Ca ne veut pas dire que je m’arrête à 22h00, mais j’aime travailler très très tôt le matin et très tard le soir, faire de grosses coupures dans la journée. J’écoute mon corps, son cycle naturel. Donc sur la route c’est très compliqué pour moi.

C’est une véritable retraite dont vous avez besoin pour écrire ?

C’est maladif. Je suis un vrai ours solitaire quand j’écris mes disques. Je parle très peu, j’écoute souvent les mêmes disques, et je relis des livres que j’aime. Il y a quelque chose de très confortable, je me love dans un environnement assez rassurant, même si ça peut être dans une ville étrangère. Mais le lieu au sens propre, les 5m2 ou les 20m2 autour de moi sont précieux pour écrire une chanson.

(c) portrait par Delphine Ghosarossian

Vous êtes un homme de voyage, à travers vos concerts, mais aussi parce que vous avez vécu à New-York, Beyrouth, Berlin. Comment ces voyages influencent ou ont influencé votre musique ?

Avec le recul, j’en parle mieux aujourd’hui. C’est indéniable que le voyage déforme la jeunesse, plutôt que forme la jeunesse. Déforme la manière de voire les choses, mais dans le bon sens. Ca a une énorme influence sur la manière d’écrire les morceaux, d’entreprendre son projet artistique, d’aimer son propre pays. Je n’ai jamais tant aimé la France que quand je l’ai quittée. Ca ne veut pas dire que j’étais malheureux à Beyrouth ou aux Etats-Unis, mais ça reste mon pays natal, ça reste un pays que j’aime particulièrement, qui est très important dans mon équilibre, surtout la région de la Bretagne. Un pays dont je suis fier.

Et tous ces voyages sont digérés d’une certaine façon, ils transpirent dans les morceaux. Comment ? Ca je l’ignore. Je pense qu’il y a une certaine forme d’audace. Aller voyager c’est aussi se frotter à une autre culture, c’est apprendre à être silencieux, à observer les gens vivre, se fondre dans un groupe dans un mécanisme de vie en société. C’est ma manière de voyager, il faut faire « low profile », on se fait discret, on observe et c’est fascinant de sentir que tout à coup on a des réflexes qui sont liés à la vie locale. C’est ce qui me plait. Et revenir chez soi, dans son pays avec cet apprentissage sur le terrain, après avoir été dérouté complètement de ses réflexes, de ses habitudes, d’une certaine forme de confort, c’est une richesse incroyable. Je souhaite que beaucoup de jeunes et de moins jeunes puissent voyager. C’est un luxe, j’en suis conscient, j’avais un papa qui voyageait beaucoup parce qu’il travaillait chez Air France et il nous a emmené dans ses bagages. J’ai donc pris goût au voyage très vite, très jeune et ça ne me quitte plus.

Vous êtes assez attaché au format album, avec la digitalisation, je ne sais pas s’il va perdurer encore longtemps…

Je me battrais ! C’est comme dire à un peintre « vous êtes attaché au format toile plutôt que de peindre sur un programme Apple. » J’avais dit ça dans une interview « ce n’est pas parce qu’il y a des Mac Do, qu’on ne peut plus aller dans un bon restaurant. » Pour moi un album c’est l’œuvre, j’y suis très attaché. Je consomme la musique en album, j’aime l’objet, j’aime la corrélation entre les titres, l’effet levier qu’il y a eu dans le choix artistique de mettre ce titre avant celui-ci, la cohérence. Démanteler un disque et vendre la musique en dichotomisant tout sur internet enlève une grande part d’imaginaire. Je ne suis pas un vieux réac’ pour autant, chacun fait vraiment comme il veut. La musique a besoin du support album. Si ça disparaît, je garderais mes disques.

Vous êtes aussi attaché à l’analogique.

Oui, je suis mal barré dans les années à venir (rires) ! Oui, je suis très attaché à l’analogique. Je ne parle pas au nom des autres parce que l’ordinateur est un outil vraiment extraordinaire qui me fascine aussi, je ne m’interdis pas un jour de faire un album numérique, mais en tout cas pour ces chansons je ne voyais pas l’enregistrement autrement. C’était une manière de chanter, une manière d’interpréter, des vraies photographies d’un instant « t » avec les défauts. C’est s’assumer, assumer les moments de faiblesse dans une prise compenser par un autre instrument et ça crée une musique très vivante, pleine de défaut et tellement charmante.

Vous trouvez encore des studios analogiques ?

Oui, il y a encore quelques fadas qui entretiennent ces vieux studios. Notamment où j’ai enregistré qui est le studio Kerwax en Bretagne. C’est un illuminé qui a un studio. On remonte très loin dans le temps en rentrant dans ces lieux. C’est une bénédiction d’avoir encore des lieux comme ça pour faire des disques parce que ça va peut-être disparaître. Mais bon, j’ai espoir qu’il y ait d’autres fadas qui prennent le relais.

(c) portrait par Delphine Ghosarossian

Vous avez aussi signé une BO pour le film Tonnerre, c’est un travail différent d’écrire une musique de film ?

On est au service d’un réalisateur avant tout. On n’est pas en train de se placer, on ne fait pas un clip, on n’est pas en train d’illustrer de l’image. Il y a un juste milieu, une fenêtre de tir à trouver pour que la musique ne soit pas trop présente à l’image et que cela devienne un clip ou trop timide et que ça n’ait aucun sens d’avoir de la musique. Le spectateur devant le film ne doit pas forcément aller chercher la musique, elle doit être juste très naturelle ou non, mais c’est le réalisateur qui décide, on se met à son service artistiquement. C’est assez fascinant à faire pour son égo, pas le mauvais égo, mais l’égo d’artiste, de compositeur, où on fait un disque à son image, où on maitrise tout. Là, il faut écouter quelqu’un qui avec son jargon de non musicien nous explique « je vois cette couleur, je vois de l’orange. » Il faut alors proposer beaucoup de choses. Il faut être très prolifique. Le résultat final est assez jouissif parce qu’on oublie que c’est sa musique et on regarde le film. Si c’est réussi on est porté. En l’occurrence, Tonnerre c’était un film assez minimaliste dans la musique. Elle intervenait à des endroits très précis. C’était un choix qu’on avait fait avec Guillaume Brac le réalisateur. Je suis assez fier, parce que c’est pas facile un film avec très peu de musique, mais quand elle vient on l’entend tout de suite. On se dit « tient il n’y a pas eu de musique pendant un quart d’heure ». Il faut qu’elle vienne avec sa plus belle lumière. Je ne sais pas si j’y suis parvenu, mais ça m’a plu.

Vous avez été nommé deux fois aux Victoires de la musique, vous êtes sensibles aux récompenses ?

Si je les avais eu ça aurait été bien (rires) Mais je ne les ai pas eu… J’y suis sensible ?… secrètement oui je pense. Je n’aimerais pas mentir là-dessus et dire « on s’en fiche, on ne fait pas ça pour ça. » Evidemment qu’on ne fait pas ça pour ça, mais il n’empêche qu’il y a une forme de fierté quelque part qui n’est pas que personnelle, mais qui récompense une équipe, tous les gens qui travaillent autour d’un disque. Alors bien sûr on est le porte parole, on va recevoir un prix, ce qui n’a pas été mon cas. Mais j’ai été nommé, moi qui sors un peu de nul part. J’ai mes chansons, un label a cru en moi, j’ai pas de pied dans le milieu et je ne fais pas forcément une musique qui été prédestinée à une exposition très médiatique qui est la télévision. En tout cas, je n’avais pas ça en tête au moment d’écrire les chansons. Je fonctionne toujours au plaisir, c’est très égoïste, et ça peut paraître un peu bizarre, mais c’est la seule façon que j’ai trouvée pour ne pas me lasser des chansons.

J’ai pris ces nominations avec beaucoup de joies, je me suis surpris à être heureux de faire partie d’une sorte de famille musicale, d’être reconnu par se pairs, et puis d’être médiatisé. Ce serait encore une fois hypocrite de dire « tout ça on s’en fout. » Non, passer à la télévision, c’est malgré tout une vraie chance pour un projet indépendant comme ça. Ca ouvre des portes dans d’autres salles, ça touche un autre public. L’air de rien, il y a un pouvoir de la télévision et cette cérémonie l’a permis. Il ne s’agit pas de courir après ça, mais quand ça vient il ne faut certainement pas cracher dessus parce que c’est une chance. En toute simplicité, je suis venu, on m’a demandé de jouer un titre, et j’en garde un super souvenir.

Je sais qu’il y a d’autres artistes qui n’aiment pas du tout ces cérémonies, à chaque fois on en discute et on ne tombe pas d’accord. Je leur dis que c’est plus simple que ça je pense. On vient, on chante notre chanson, que tu gagnes ou tu perdes c’est une chance.

Que peut-on vous souhaiter pour 2017 ?

Euh, que peut-on me souhaiter pour 2017 ?… Que je puisse prendre autant de plaisir dans mon métier… Moins de pépins physique, ce serait bien aussi… 2017 va être une belle année, elle va être longue, dans le bon sens du terme, musicalement. Je me connais je ne vais pas prendre de vacances après la fin de la tournée qui arrive cet été. Je vais tout de suite embrayer sur l’écriture, ça me démange. C’est donc une année pivot où je vais finir la tournée et commencer l’écriture d’un nouveau disque. Ca va être une grande balance, intéressante. J’aime bien ces années pivots.

Merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.