Foxygen – Follow The Leader

Quel plaisir de retrouver Foxygen en pleine forme sur leur troisième (et trop court, à peine 8 titres, bien sûr la qualité plutôt que la quantité, mais on aurait bien aimé deux ou trois morceaux de plus) album Hang !

Avec Follow The Leader et Avalon, le soleil californien brille au dessus de nos têtes, l’amour inonde la terre, nous voila propulsé dans une comédie musicale tendance Demy à la sauce soul (plutôt que jazz) où il fait terriblement bon vivre. Le véritable orchestre composé de violons, de coeurs à l’unisson, de cuivres, arrangé par Matthew E White donne une profondeur et une patine 70s totalement géniales aux morceaux. Laissons-nous inonder encore et encore !

Vaudou Game – La vie c’est bon

C’est une chanson aux ondes positives et terriblement communicatives, prônant la simplicité qui va nous accompagner aujourd’hui. Poussé par des cuivres groovy, un rythme ultra funky et le chant de Vaudou Game lumineux La Vie C’est Bon éclaire irrésistiblement votre journée, la rendant plus joyeuse, plus libre, bien moins sérieuse et ça fait beaucoup de bien.

La Vie C’est Bon est tiré de son deuxième album Kidayu qui regorge de bien d’autres excellents morceaux.

Therapy – Jordan Lee

Jordan LeeRoche Musique s’affirme de plus en plus sur la scène musicale française et cela n’est pas fini avec le petit nouveau, Jordan Lee. Le jeune français appartient à ces artistes défendant l’émergence d’un nouveau R’n’B sur des nouvelles sonorités.

Son premier EP, Therapy, est au croisement de la pop, soul, hip-hop et R’n’B. La douceur de sa voix se fond sur des beats électroniques subtiles et rappelant la meilleure période des productions américaines. F****n’ Downdonne dans une énergie maîtrisée où la voix de Jordan Lee rythme les synthés et un beat évoquant les compositions de The Weeknd. Les choeurs de Jordan Lee répondent au flow de Timothy Gustave sur Don’t Take Your Time.Another World est un voyage langoureux aux douces sonorités soul des années 70/80.

Le, trop court, premier EP de Jordan Lee s’achève sur The Ride et nous laisse rêveur sur de possibles nouvelles productions du jeune DJ au sein de Roche Musique.

Informations complémentaires

  • Artiste(s): Jordan Lee
  • Album: Therapy – EP
  • Label: Roche Musique
  • Date de sortie: Décembre 2014

Dans la Tête – Fränk

FrankŒuvre généreuse signée par un certain musicien de métro (gagnant du concours RATP-Solidays en 2014 qui a également participé aux Francofolies de la Rochelle en 2013 et assuré les premières parties de Ziggy Marley ou encore Keziah Jones, entre autres) : Dans la Tête, est le premier EP de Fränk, auteur, compositeur, et interprète « made in Paris » qui s’aventure autant sur les terrains du folk, du blues et de la soul.

Dans cet EP 6 titres, Fränk se nourrit à la fois de ses premières influences (Hendrix, Ben Harper…) et de ses voyages au large de l’Océanie et du Pacifique (Australie, îles Fidji) pour nous servir en plat principal des textes très personnels et des mélodies de qualité, le tout chargés en intensité.

Une mention spéciale pour son titre A tes pieds qui embrassent la Nu Soul de Monsieur Nov, un des rares représentants – si ce n’est le seul – du genre en France.

On apprécie également l’entrainant titre éponyme Dans la Tête (ainsi que sa version acoustique), et pour les réfractaires à la langue de Molière, sachez que Fränk a plusieurs cordes à son arc, puisque qu’ils nous emmènent avec merveilles dans des sillages à la fois groovy et soul avec ses titres en anglais encore plus entêtants Get Back et Down.

Pour conclure, Fränk nous offre un premier EP généreux et plus qu’agréable à parcourir, une sorte d’hymne au voyage, et en chemin on constate que la tension chute, comme les feuilles en automne

Lire la suite

Gang Up – Chlorine Free

Chlorine FreeFermons les yeux un instant, nous voila parachuté au milieu des années 70s à bord d’un gros cabriolet américain arpentant les rues ensoleillées de New York. Chilling…

Gang Up raisonne de tout son groove, son funky style coloré. Au milieu des tours mythiques, ou sur le Brooklyn Bridge, les solos (parmi lesquels quelques scratchs bien sentis) s’enchainent, s’entremêlent, bondissent sur une ligne de basse bien ronde et joufflue.

Un vrai titre généreux où la convivialité et l’expression de chacun vivent à plein régime. Gang Up est tiré du riche et copieux second album Le Fish du septet parisien Chlorine Free, faisant une place de choix au jazz, au funk et au hip-hop

Lire la suite

Gold – Chet Faker

Chet FakerAustralien, Nicholas James Murphy aka Chet Faker en hommage au grand, au très grand Chet Baker (on ne saurait que trop le comprendre) sort un premier album Built on Glass directement arrivé en haut des charts de son pays natal. Un album qui réussit l’exploit de marier soul / rnb en une musique qui surfe avec aisance sur le fil de l’émotion, du raffiné sans jamais tomber dans les bas fonds du sucré, du dégoulinant et du vulgaire. Pour cela un énorme bravo s’impose !

Partons se faire du bien, plongeons dans le sexy et langoureux Gold. Véritable caresse musicale où les corps se rapprochent s’enlacent dans une étreinte pleine d’amour sur un beat épuré à la subtile touche électro. Les habits tombent les uns après les autres, la peau frémit, la lumière s’éteint. shuuut…

A l’écoute après le break, avec en bonus le titre Lesson in Patience

Lire la suite

Prisoner – Har Mar Superstar

Har Mar SuperstarParce que ce soir c’est week-end, parce que ce soir c’est fiesta, parce que ce soir c’est spots 3 couleurs, boule à facettes et stroboscope, l’américain Har Mar Superstar est l’invité idéal pour faire groover le dancefloor.

Bye Bye 17 est un concentré de soul, rn’b qu’on aurait congelé dans les années 60-70s et qu’on ressortirait aujourd’hui, avec ce coté vintage qui rend l’album tellement authentique. Comment à l’écoute de Prisoner ne pas se projeter dans un monde où les pattes d’eph seraient tendance, où les flics s’appelleraient Strasky et Hutch, et les voitures seraient oranges ou marrons.

Une ligne de basse ronde et percutante, une section cuivre festive et chaleureuse, des claviers bondissants, une voix hypnotique soutenue par des cœurs sexy, avec en guest à la batterie Fabrizio Moretti (The Strokes) je crois qu’on a bien tout ce qui faut où il faut !

On éteint la lumière, on appuie sur Play, le clip du morceau ambiance BMX est à découvrir juste après le break

Lire la suite

You Can Be A Star – Luther Davis Group

luther davis groupJ’ai choisi cette semaine un titre du Luther Davis Group, You Can Be A Star, tiré du 45 tours You Can Be A Star/To Be Free, sorti en 1979 chez Life Time Records. C’est bien l’une des premières fois que je vais décevoir : je n’ai (presque) rien trouvé sur ce groupe !

J’ai entendu le titre à la radio (FIP, je crois), ou sur l’excellent site Le Mellotron, qui m’a d’ailleurs donné l’essentiel des informations : « On en sait trop peu sur ce rarissime 45 tours enregistré en 1979 par Luther Davis Jr. […]. Heureusement pour nous grâce aux diggers de northern soul, ce disque tiré à peu d’exemplaires sera la première réédition de la maison Soul Cal en 2003, une division de Stones Throw tenue par Egon et Peanut Butter Wolf dont l’essence est justement la réédition de perles modern soul et autres pépites funky-disco. Une évidence donc, pour ce 45 tours avec le combo gagnant « You Can Be A Star » pour la face A et « To Be Free » pour la B. Deux titres totalement funky et empreints d’une soul planante. Riffs de guitare entraînants, voix feutrée et touche de cuivres font de [ce titre] un hit parfait et vous donne une subite envie de s’envoler et d’envahir le monde. »

J’ai cru comprendre que la carrière du groupe a été plus qu’éphémère, avec seulement deux 45T sortis (l’autre chez Inner : Keep On Dancing/You en 1977 ou 1978)[1]. Le titre You Can Be A Star figure sur la compil Soul Cal Disco & Modern Soul 1971-1982 sortie en 2012, dans lequel se trouve un livret très fourni qui, peut-être, nous apportera plus d’amples informations (je n’ai pas encore eu la chance de l’avoir entre les mains). Passons.

Ce titre est un véritable bijou d’une extrême efficacité, rythmé comme il faut pour les dance-floors de cette période caractéristique de l’hédonisme sombre : tu peux devenir une star, même toi, jeune femme, jeune pédé, jeune noir ou latino, tous prolos et peut-être tout cela à la fois, même l’espace d’une nuit seulement… Même Tony Manero. Le sida n’a pas encore fait les ravages qu’on connaît, mais la misère, le labeur, le racisme, le sexisme, la violence, le chômage sont des maux connus, pour une bonne partie des classes populaires et dominées, ce qu’on appelle les minorités, des pays développés, en particulier dans le berceau américain du capitalisme. C’est toujours la même histoire : quelques heures durant, le temps d’avoir l’illusion d’échapper à sa condition, à l’image de Cendrillon qui n’a que jusqu’à minuit pour devenir celle qu’elle n’est pas, tous les Tony Manero du monde deviennent des stars. C’est aussi ce qui leur permet de retourner au turbin le lundi matin : l’espoir de s’en sortir, devenir libre (to be free)…

Lire la suite

Please Forgive My Heart – Bobby Womack

RIPPublication initiale le 28/06/2012

Aujourd’hui on fait une expérience. Que se passe t-il lorsqu’on mélange un chanteur de soul / funk de légende, à la voix cassée par la vie, chargée d’une émotion à fleur de peau avec un producteur de musique de talent, un touche à tout de génie, transformant chacun de ses projets en réussite ?

Réponse : Please Forgive My Heart, un sublime titre post-moderne dans lequel l’ultra-romantisme du chant de Bobby Womack vient s’enlacer avec amour, respect, générosité et confiance dans les circonvolutions électroniques bienveillantes préparées par Damon Albarn (Blur, Gorillaz et en solo).

Un mariage de générations, de styles, de force et de douceur, de masculinité et feminité particulièrement réussi.

A l’écoute après le break

Lire la suite

Treatise – Benjamin Yellowitz

Benjamin YellowitzDécouverte

Benjamin Yellowitz, son nom ne vous dit certainement encore rien, mais ce jeune auteur, compositeur, producteur, interprète et multi-instrumentalistes originaire de Birmingham vivant à Londres, qui a sorti son deuxième EP il y a peu, possède déjà de belles références, comme faire la première partie de Bonobo, avoir un morceau pour lequel Fink a eu coup de coeur, ou l’une de ses vidéos re-postée par Ben Howard, mais surtout il a un talent énorme, une sensibilité parfaitement maitrisée qui confère à sa musique une poésie et une authenticité remarquable.

Puissant son inspiration dans la soul, le r’n’b, la folk, le blues, Benjamin Yellowitz la triture, la remanie, la concasse dans un format électronique se rapprochant au dubstep « blakien » pour en faire une oeuvre toute personnelle. Treatise navigue entre ces éléments sucrés et ces nappes aériennes  avec beaucoup d’élégance jusqu’à atteindre un final magnifique assez inattendu, spectaculaire dans sa retenue et sa liberté comme le cliffhanger de ce qui lui reste encore à exprimer.

Pour les parisiens (toujours les mêmes) il sera en concert au 114 le samedi 5 juillet 2014 !

A l’écoute après le break

Lire la suite

Temporary View – SBTRKT

SBTRKTEn attendant un potentiel nouvel album, SBTRKT livre le titre Temporary View en collaboration avec Sampha. En mars dernier, le producteur anglais sortait l’EP Transitions avec six morceaux instrumentaux, ce qui fait sa force. Les morceaux comme Kyoto ou Gamalena ont pu troubler une partie de son public préférant ses collaborations.

Dans la lignée de son premier album, Aaron Jerome construit un beat reposant sur des effets électroniques, quelques synthés dont il possède le secret et une batterie électronique omniprésente. Temporary View marque le retour de la douce voix de Sampha sur les compositions de SBTRKT après quelques sorties solos et stimule les souvenirs de leurs meilleures collaborations comme Hold On ou Something Goes Right.

La sortie de ce nouveau titre augure un nouvel album d’une qualité similaire au premier. Temporary View donne dans le meilleur de SBTRKT, celui avec Sampha.

Lire la suite

Por Cima – Flavia Coelho

Flavia CoelhoAlors que toutes les caméras du monde vont se tourner dans quelques jours vers la coupe du monde de foot, il est temps de mettre un peu de Brésil dans nos colonnes, de soleil dans nos têtes et du rythme dans nos hanches.

Pour cela le coup d’envoi du second album de la Flavia Coelho Mundo Meu, dont on notera la présence de très beaux invités dont Tony Allen, arrive à point nommé, un « fait exprès » qui saura accompagner les avant / après matchs et mi-temps d’un groove de bossa aux courbes généreuses bien plus agréables que celle d’un ballon trop rond.

Ouvrant le match avec un rythme parfaitement enveloppé droit dans la lucarne, des « r » aussi bien roulés que les râteaux de Ronaldo, un air pétillant et gentiment festif d’un soir de finale, Por Cima se fait fi des adversaires, des lourdeurs, pour marquer un magnifique « gol » de notre été. Du soleil dans ton casque !

Le clip du morceau est à découvrir juste après

Lire la suite

His and Hers – Denitia and Sene

Denitia and SeneLorsque Denitia rencontre Sene à une soirée au Clubhouse, elle ne se doute pas encore du coup de foudre artistique qui est sur le point de frapper. Dans cette ancienne bâtisse victorienne de Brooklyn dédiée à la composition musicale, la jeune compositrice et interprète accepte la proposition de chanter sur les titres du rappeur et beatmaker.

Après une collaboration stimulante, les deux New-yorkais décident de créer un duo afin d’explorer et d’exploiter leur univers musical respectif. Écouter Denitia & Sene relève de la relaxation musicale. Le duo de brooklynien distille une musique combinant influences électroniques, soul et hip-hop mais toujours avec une touche cool, calme, douce et presque relaxante. Une attention particulière est portée aux lignes de basse et aux voix afin de créer cette atmosphère de chill. Après la sortie de plusieurs morceaux et l’adhésion du public, Denitia & Sene décident de proposer un premier album, His And Hers. Because We Are Fools ouvre l’album avec une certaine rythmique électronique, une fusion agréable entre les deux voix et des choeurs tapissant l’instru dépouillée. Les paroles abordent toujours des sujets légers et dépeignent des histoires d’amour ou d’amitié comme sur She’s Not The Only One. Les morceaux Call U et Lucy, Loosie sont des balades proposant uniquement une boîte à rythme, quelques effets électroniques et la voix saturée de la native de Brooklyn avec quelques nuances comme la présence d’un piano et d’une trompette sur le second. Le duo prouve que leur univers musical ne se fonde pas uniquement sur des morceaux calmes avec Stupid World, au croisement de la pop New-yorkaise des Yeah Yeah Yeahs et du hip-hop des Fugees. Denitia & Sene assurent leurs arrières sur quelques titres ayant déjà fait adhérer le public comme le tubesque Casanova, le planant Blah Blah Blah, le léger Trip Fall.

En dix titres, Denitia & Sene offrent un style électro-soul inimitable. Forts de cinq morceaux déjà sortis sous la forme d’EP et de single, ils comblent le reste de His And Hers avec des compositions témoignant d’une réelle qualité. Amateurs de chill, ce premier album vous est destiné. Lire la suite