Miramare – Sons Of The East

Sons of the EastPetit exercice de déplacement mental ! Fermer les yeux, imaginez-vous dans un endroit à la vue merveilleuse, cela peut-être sur une plage de sable blanc devant une mer turquoise, au milieu du forêt de sapins, ou au sommet d’une montagne entouré d’un écrin aux neiges éternelles. Vous êtes seul, vous prenez une bonne bouffée d’oxygène, vous avez le doux sentiment d’avoir surmonté une épreuve, que l’avenir se dégage enfin et se remplit d’espoir.

Ce que vous ressentez à cet instant c’est ce que la folk de trio australiens Sons Of The East vous inspire en l’écoutant. Une musique épurée, comme un souffle d’air frais qui apaise. Guitare, piano, banjo bien loin de la mélancolie sont remplis d’une force de vie et positive très inspirante, comme on peut s’en rendre compte avec Miramare, titre ouvrant leur premier EP.

Miramare est à l’écoute après le break, et (chouette) en bonus le titre (aussi très chouette) Hold On

Lire la suite

Fantasized Lumberton – Grindi Manberg

Grindi ManbergAprès Yuksek, Brodinski, The Shoes, Bewitched Hands ou encore About The Girl, la scène rémoise nous fait découvrir un nouveau talent en la personne de Grindi Manberg. Romain Thominot, de son vrai nom, navigue entre électro, pop et new wave. Aidé par les membres des Shoes et des Bewitched Hands, son premier EP laisse présager un fort potentiel.

L’EP Fantasized Lumberton dévoile un univers riche, ténébreux, planant et envoûtant. Le premier titre, Nitrogenous Wind, est tout en progression et on se laisse guider par la voix lointaine de Grindi Manberg, une instru absorbante et des guitares aux effets psychédéliques. Lisbon touche à la new wave avec un synthé entêtant et, étrangement, inquiétant. La basse rythme le tout et rappelle la forte présence de celle-ci sur les titres des Shoes. Un univers se construit durant l’écoute et Grindi Manberg ne nous laisse pas de côté. Le titre Mimosa Cure semble dépouillé mais, après une écoute plus attentive, on sent la construction du morceau se mettre en place pour atteindre, à l’aide de la batterie, l’apogée. Les choeurs des Bewitched Hands sont présents sur Say Goodbye et donnent de l’ampleur à la teinte sépulcrale voire sacrée du titre. Le dernier titre, Marine Has The Key, nous transporte dans une bulle intemporelle. Une ambiance particulière se dégage avec une incapacité à identifier les sentiments provoqués par le titre.

Fantasized Lumberton nous téléporte dans un univers riche avec de nombreuses sonorités et un style électro/new wave détonnant parmi la scène française. Grindi Manberg livre un premier EP efficace et abouti. 

Lire la suite

Si – Laura Cahen

Laura Cahen - EP - Laura CahenEn juin 2012, Benoît écrit un article sur Laura Cahen. Le nom ne me dit rien mais j’ai confiance en ses goûts musicaux, alors je clique par curiosité et là, je découvre une voix assez incroyable, une voix qui glisse sur le son, une voix qui chante mais pas seulement… une voix qui raconte et qui raconte bien. Et puis, je découvre un son qui vacille entre pop colorée et folk mélancolique et j’aime ce son quand il coule dans mon casque audio. D’ailleurs, plus j’écoute et plus je me dis qu’il est beau, ce son, et qu’elles sont belles ces paroles françaises. Plus j’écoute et plus j’apprécie le talent incontestable de Laura Cahen.

Du coup, comme à mon habitude, j’ai cherché des infos sur cette voix-là. J’ai cherché longuement d’autres titres et j’ai découvert que la demoiselle n’avait, en fait, réalisé qu’un EP en 2011. Alors, pour continuer à savourer cette voix, il m’a fallut remonter le temps dans la carrière de la jeune chanteuse et trouver des jolis live du duo qu’elle formait avant de se lancer dans une carrière solo. Le duo Deux Z’elles a, d’ailleurs, sorti deux EP. Mais je dois l’admettre, j’étais un peu triste de ne rien pouvoir me mettre de plus dans la casque audio…

Et là, je découvre que l’artiste y travaille puisque Laura Cahen est en recherche de fonds pour son premier album. Elle fait donc appel au public sur le site Internet Ulule, site sur lequel on peut financer son premier album en échange de jolies contreparties. Pour les amoureux du son de Laura Cahen, il faut faire vite, il n’y a plus beaucoup de temps alors si vous voulez la soutenir, allez jeter un œil ici.

Je propose à l’écoute le titre Si, tiré de son premier EP pour ce son entraînant, cette voix incroyable et ces paroles françaises d’une qualité rare. Et puis, en bonus, j’opte pour le titre Comment du duo Deux Z’elles.
Les titres Si et Comment sont donc à découvrir, juste après le break

Lire la suite

Hearbeat – Teacup Monster

Teacup MonsterRock, groove et funky beat – qui rappellent The French Bastards d’Inspector Cluzo –  c’est ce que nous proposent les pop-rockeur Tip, Vinc’ et Kron, membres du groupe francilien Teacup Monster (ex- Stuff Session) avec leur premier single Heartbeat, extrait de leur Maxi Time to change datant de 2013.

Orchestre étroitement rodé, voix légèrement rauque et refrain enivrant « It’s hard hard haaaAARRRDDD to find…», Heartbeat est un morceau sans prétention – moins rock que le reste du maxi aux accords de guitare plus incisifs – frais et pétillant. Délicatement rythmé, Heartbeat est un titre aux bords rétro qui nous plonge dans une vague seventies.

Teacup Monster a assuré les premières parties du groupe de rock alternatif Fishbone et a été sélectionné cette année – bien qu’il n’ait pas gagné par la suite – dans le Top 100 au concours organisé par Ricard S.A Live Music. Avec leurs (faux) airs d’Artic Monkeys, ces afficionados des Red Hot Chili Peppers risquent de se faire de plus en plus présents sur les scènes françaises et étrangères. A suivre, donc !

Lire la suite

Foreign Waters – Amelie McCandless

Amelie McCandlessDécouverte

C’est résolument vers une folk dépouillée, inspirée par des artistes telles qu’Alela Diane, Joan Baez ou Mariee Sioux que s’est orientée Amelie McCandless, originaire de Reims (et oui, en France !). Malgré un enregistrement (autoproduit) qui aurait gagné à être moins direct, plus moelleux, son second EP Wild Memories nous apporte un joli bout de nature, il réussit à nous faire sentir couler l’eau fraiche dans sa voix, à nous faire respirer l’air pur dans le souffle de sa guitare.

Tiré de cet EP, on écoute Foreign Waters comme on s’allonge dans un champ d’herbes fraiches, comme on passe notre main sur la mousse recouvrant le tronc des arbres, comme on se réchauffe auprès d’un feu de camp une nuit d’été sur la plage. Une joie simple, un retour aux sources.

A l’écoute juste après le break

Lire la suite

How Could Have I Known – Alphabetical

AlphabeticalEn cette semaine qui nous conduit tout droit vers le week-end, il est temps de monter légèrement les BPMs, de s’écouter How Could Have I Known, titre pop-rock biberonné à bonne école, comme l’enfant légitime de Foals et Crystal Fighters.

Tiré du premier album Rusted Gold d’Alphabetical, quintet mi-parisien, mi-normand, composé de Louis – chanteur, Romain – guitariste, Théo – guitariste, synthétiseur, Vincent – bassiste, Mehdi – batteur, How Could Have I Known a déjà tout d’un grand titre : une mélodie entraînante, une voix singulière avec une vraie identité, partagée entre fragilité et une envie de croquer le monde, une interprétation pleine d’énergie et une construction complète qui n’est pas un enchaînement linéaire de couplets et refrains mais une belle histoire avec ses courbes, ses virages, ses accélérations, ses ralentis, ses étendues musicales sur lesquelles on aime se remuer.

Un morceau qu’on souhaiterait découvrir sur scène plus ou moins rapidement, car, comme indiqué sur leur FB, ils sont à la recherche d’un booker. A bon entendeur…

A l’écoute après le break

Lire la suite

Life Without Soul – PMCP.

PMCPCoup de coeur

Parce qu’on surfe sur une vague de bonnes nouvelles et qu’on n’a pas encore envie de s’éteindre, on s’écoute jusqu’au bout de la nuit, dans une frénésie de moonwalk l’excellent Life Without Soul de PMCP. (ou PMC Project). Un titre gonflé en vibrations positives et festives mêlant dans une allégresse bondissante électro saxo et soul. Ca remue sec de bas en haut de la portée !

PMCP est jeune un quatuor, formé en 2012, avec un talent incontestable et une énergie à revendre. Ils sont accompagnés pour l’occasion de Keira au chant.

Life Without Soul est tiré de leur premier EP Music For The Dumb qui, parce qu’il sont totalement généreux, vous est offert gratuitement sur leur site Tumblr… A partager donc sans hésitation !

Le clip (plein d’humour) du morceau est à découvrir juste après le break, avec en bonus le non moins excellent et jazzy Rôdin’ (feat. Tülink)

Lire la suite

Magic Mama – Martine On The Beach

Martine On The BeachMartine On the Beach a beau avoir pour référence la célèbre Martine de  Gilbert Delahaye et de Marcel Marlier – celle qui va à la mer en 1956, apprend à nager en 1975, mais n’est encore jamais allé à la plage (d’où le pseudo sans doute) – le groupe d’electro swing tourangeau a seulement deux ans d’existence.

Qu’importe, les trois jeunes hommes de Martine On the Beach, Aurélien « Martine » Mourocq (clarinette, saxophone, chant), Clément « Waïkiki » (guitare, chant) et Krumlek « Krum Fresh » (Dj, beat maker, chant) ont déjà un album à leur actif Just Buy It (2012), une sortie en mai 2013 de leur 1er EP Magic Mama dans lequel est extrait leur premier single éponyme, et un second à prévoir pour janvier 2014.

Beats électro accompagnés d’influences et de touches variées : Jazz, Klezmer, Blues, Swing, Funk, Rock, Disco…voilà ce qui caractérise l’univers du trio ! Les chansons de Martine On the Beach transmettent une ambiance festive et une chaleur venue d’ailleurs, classées genre « Naïve Sexy Music » pour reprendre une expression de Krum, lui-même.

Leur single Magic Mama est un titre renversant et groovement bon pour un monde carré qui tourne en rond, une pilule anti-stress génératrice de sourire à elle toute seule composée d’une substance hyperactive, habituellement réservée aux enfants, qui risque de vous empêcher de rester en place, plus, un remède énergisant imparable pour avoir la bougeotte et se demander  « Why do my feet itch so badly ? ». C’est l’effet Martine On The Beach ! Quand on y pense, Martine, celle des livres, a aussi ce côté hyperactif puisqu’on la retrouve partout, n’importe quand, faisant n’importe quoi… On espère donc que ces trois-là – et leurs instruments, et leurs petits pas de break charlestonien à caser en soirée – nous réservent également toute une bibliothèque (de pilules) qu’on pourra savourer entre chaque coup de blues ! Parce que oui, la musique de Martine On The Beach, c’est fort en chocs [musicaux qui tombent] à pic.

En attendant, Magic Mama est une drogue à consommer sans modération, et pour une fois, toutes les excuses sont bonnes pour en saupoudrer notre muse…musée (la bibliothèque, souvenez-vous) !

A l’écoute après le break

Lire la suite

Play – Pumpkin

PumpkinLe 12 octobre dernier, dans le cadre du Festi’Val-de-Marne, j’ai eu la chance de participer en tant que bénévole à la 7e édition de la JIMI (Journée des Initiatives Musicales Indépendantes) à Ivry-sur-Seine (94), un événement consacré à la promotion et à la mise en relation des structures indépendantes musicales. Un bon moyen de découvrir, rencontrer et soutenir les indés, mais aussi de dénicher des trouvailles sonores sur tous supports qu’on aurait du mal à trouver ailleurs, et qui n’auraient malheureusement pas eu la chance de pénétrer dans les méandres de notre conduit auditif super-méga-archi réceptif en ces jours de grisailles !

Tout ça pour dire que, gagnant un lot à la tombola, je suis reparti avec un sympathique lot composé, entres autres, de disques d’artistes indépendants, sans même avoir eu à faire mon petit marché, Lucky me ! Alors, je suis partie à la recherche de LA perle, de l’artiste, du morceau qui se démarquerait des autres, qui aurait ce quelque chose, ce tout, ce « je SAIS quoi » qui attirerait mon attention. L’avantage de cette découverte à l’ancienne ? On prend son temps et on ne se perd pas sur YouTube et compagnie ! Entre les morceaux agités, plutôt moues, crus, funs, étranges, parfois très – sans vouloir dénigrer quelconques démarches artistiques – il y avait Pumpkin, et son titre Play  (initialement issu de son EP Silence Radio disponible en CD, Vinyle, et Digital).

Pumpkin ? C’est une emcee bretonne originaire de Brest précisément, âgée de 32 ans, et que je viens donc juste de découvrir sur une compil’ éditée dans le cadre de la Scène Zebrock de la Fête de l’Humanité 2013. Son côté frais, pétillant et énergique – comme le Pimouss dans ta bouche – son flow agréable et ses lyrics travaillées, à la fois touchantes et piquantes nous font admettre qu’elle envoie du lourd Pumpkin !

Et tout comme Mc Solaar – sa première source d’inspiration – la jeune femme manie les assonances et l’art du jeu de mot, et c’est parce que j’kiffe les emcee qui kick que je vous indique Pumpkin – notez la figure de style ^^ – et nous confirme ainsi que les rappeurs sont bel et bien les héritiers des poètes !

En définitive, c’est clair qu’elle a la pêche la citrouille – non, je ne sors pas ! – puisque selon moi, Pumpkin fais partie de ces rappeurs aux dessus du lot : texte aux lignes intelligemment orchestrés, ici, accompagnés de bruitages qu’on adore, d’une production moderne et ultra originale. C‘est d’autant plus appréciable que Pumpkin tord le cou aux idées reçues dans le milieu du Hip Hop : 1) C’est une femme, féminine en plus !  2) Rien à faire de la « Street credibility », qui faut l’avouer, est en partie responsable de la décadence du rap ces dernières années…

La demoiselle représente donc une des multiples facettes que le hip hop peut se vanter d’arborer. N’hésitez pas à découvrir l’ensemble de ses travaux, notamment sa live session en featuring avec Vin’S da Cuero et Rita J ou encore son morceau Like an automatic weapon, car chacun de ses morceaux est unique et a sa particularité !

A l’écoute après le break

Lire la suite

Résonances – Constance Amiot

Pour un vrai moment de tendresse, un doux rêve qui se prolonge et devient réel, on ne peut que vous inviter à vous pencher sur le nouvel EP de Constance Amiot, Blue Green Tomorrows.

Nous l’avions découverte en 2011 avec son album Once Twice de reprises des chansons de Da Silva en anglais, c’est avec un autre grand nom de la chanson française JP Nataf et beaucoup de joie que nous la retrouvons sur le titre Résonances.

Sur quelques accords de guitares discrets, ces deux voix chaudes, satinées, délicates, infiniment affectueuses, se mêlent, se cèlent comme l’on grave sur l’écorce d’un arbre nos initiales au milieu d’un coeur.

Une caresse sonore, un bouclier anti-stress, bref une chanson qui nous plait et nous fait beaucoup de bien.

PS : Je ne sais expliquer pourquoi le mélange français / anglais fonctionne si bien chez moi…

A l’écoute après le break

Lire la suite

Peaches – Chinoi

Coup de Coeur

Tout chaud (sorti ce 4 février 2013) le premier EP de Chinoi m’irrite encore la peau tellement la claque fut grande (et bonne !).

Ce duo parisien (Alexandre Brihat et Mathieu Rosen, ex Eldia) empruntent une voie musicale magnifiquement sombre, tortueuse, boueuse et décadente.

Le morceau Peaches ouvre les hostilités et plante les pics d’une oeuvre électro-rock au centre de laquelle l’amour est brulée vive et fêtée par des cordes vocales rougies à coups de vieux scotch mal fermenté. 

Une musique forte, incarnée jusqu’à la moelle.

A noter l’ensemble des titres de cet EP est disponible à l’écoute sur Soundcloud, faut pas se priver !

Le clip tout aussi déjanté, psychédélique, merveilleux est à découvrir juste après le break

Lire la suite

Own Prisons – PanSTARRS

PanSTARRSCoup de Cœur

Une fois n’est pas coutume et avant de découvrir les nouvelles pépites dénichées par Rizome Corp, arrêtons nous sur PanSTARRS, projet musical de Youssef Abouzeid, artiste égyptien et son admirable Own Prisons (présent dans la sélection de mai).

Une électro-pop sombre, finement éraillée qui se libère de nos carcans trop étriqués, éclate les murs de nos idées préconçues et organise un chaos de saturation sonore d’où jaillit le beau et d’intenses émotions.

Un titre sûr de lui, impressionnant de justesse et de maitrise. Concocté dans sa « bedroom », ce morceau est sous licence Creative Commons, donc disponible en téléchargement libre et utilisable gratuitement.

A l’écoute juste après le break

Lire la suite

I Got Skills – Mozes And The Firstbone

Mozes and the FirstbornAvec un son psyché qu’on pourrait dater du début des 70s, Mozes And The Firstbone (quatre jeunes garçons venus des Pays Bas) insuffle dans leur titre I Got Skills un vent de jeunesse, de liberté et de remise en cause du système, bien agréable.

Un morceau qui sent bon les soirées entre amis dans un garage un peu crade, le skate encore chaud, une bière à la main. Tout un programme.

Après avoir longtemps profité d’un sous-sol comme salle de concert et home-studio, une étape est franchie avec l’enregistrement de cet EP dans l’ancien NatLab Philips (la section néerlandaise du département de recherche de Philips), le berceau du CD.

Le clip (home-made?) est à découvrir juste après le break
Lire la suite