Are You Experiencing – Rich Aucoin

Rich AucoinAprès avoir longuement hésité entre un titre folk épuré ou un morceau intimiste, et bien, parce qu’on est vendredi, que le temps est à la fête, à la convivialité, aux rencontres, aux bons moments, à l’insouciance j’ai finalement opté pour Are You Experiencing de Rich Aucoin.

Annonçant le second album de notre canadien venu d’Halifax, Are You Experiencing est un titre à l’énergie directe que tu ressens vibrer dans tout ton corps. Ca débute par tes pieds pour remonter à travers tes jambes jusque dans ton torse puis tes bras avant de gagner la tête et l’extrémité de tes cheveux qui volent de bas en haut au rythme frénétique du morceau. Poussé par une foule qui reprend en choeur et en boucle le moto / refrain dans un fraternel et juvénile enthousiasme, tu te sens véritablement porter par le public qui te soulève à bout de bras, incroyable, tu te retrouves à faire du « crowd surfing », et tu cries « yeaaaaah »!

C’est brut, c’est rock, ça défoule, ça fait du bien. Juste le programme parfait pour ce week-end.

Le clip assez fou, au milieu de toi cher public, est à découvrir juste après le break

Lire la suite

The Guest List – Naïve New Beaters

The Guest ListThe Guest List. Ce titre de mixtape suppose des collaborations prestigieuses avec les Naïve New Beaters. On demeure dans l’hypothétique ou alors, il faut se placer sur une échelle nuancée du prestige. Pourtant, la surprise est de taille.

Les Naïve New Beaters se plaisent à rire, faire des blagues potaches et chahuter avec le public. Ce côté déconnant cache une réalité : les mecs sont des stakhanovistes. Ils maîtrisent leurs productions, aucun détail ne filtre et le boulot est toujours millimétré. Ce contrôle total de leur musique se traduit par la fusion parfaite entre leurs différentes influences musicales.

Ce confluant de styles est perceptible durant l’écoute de The Guest List. La mixtape s’ouvre avec Black Bombay dont le titre évoque à lui seul les tonalités indiennes de la guitare. La première collaboration donne dans l’efficacité avec Oxmo Puccino balançant ses rimes et ses vers, sans que l’on comprenne toujours où il veut en venir. Rap toujours, C’est gratuit avec Fuzati du Klub des Loosers prouve que les Naïve New Beaters n’ont pas le monopole du statut des musiciens comiques. Fuzati arrive à placer « Vincent Perrault » et « hymène » dans son couplet, une performance à saluer. L’instru rappelle le Mommy where’s daddy ? des Red Hot Chili Peppers avec une funk/rap avec une batterie encadrant un délice de complicité entre la guitare et la basse. MMMMM, un groupe peu inspiré lors du choix du nom, performe sur Choose Life et prouve qu’on peut donner dans la chanson potache et franchouillarde sans tomber dans le Patrick Sébastianisme. Les paroles te témoignent pas d’une recherche démentielle mais l’écoute s’avère agréable avec les quelques cuivres tapissant le fond sonore.

Les deux collaborations féminines sont contrastées sur cette mixtape avec Izia et Petite Meller. La fille Higelin donne dans la gueulante rock’n’roll et bien sale sur Heal Tomorrow alors que Petite Meller opère en douceur sur le titre, peu transcendant mais bien travaillé, Petit Love. Les Naïve New Beaters possèdent un réel vécu avec deux albums à leur actif et cela se ressent dans leur production. Quelques titres sont des « tubes » en puissance avec l’électro/pop de Skyline, le hip-hop américain de The Shore ou encore avec la basse rythmée de 40 Chicks avec des invités costauds comme Gush, Beat Assailant et les tristement méconnus canadiens de Radio Radio. Je marginalise le titre Tout Commence avec Cyanure et Kohndo, je n’y suis pas du tout réceptif.

Je clos cette chronique sur deux mentions spéciales. Les Naïve New Beaters me poussent à croire en une divinité ancestrale et je suis assez peu à l’aise avec les propos que j’écris : Kill ‘Em All est un petit bijou pop/rock avec Adrien Gallo des BB Brunes. Leur talent d’arrangement et de production parle pour eux, ils arrivent à faire apprécier, aux oreilles peu réceptives, le chanteur du groupe d’adolescentes. Enfin, Off The Clock, avec Mo Laudi et le prophète pop Rich Aucoin, donne dans le Naïve New Beaters pur et dur. C’est joyeux, efficace, dansant et un melting-pot stylistique réussi.

The Guest List transpire la qualité surtout quand on dresse une liste exhaustive de la variabilité des personnalités musicales invitées. Les Naïve New Beaters orchestrent magnifiquement le passage du rap à l’électro, de la pop à la funk ou encore du rock à la chanson joyeuse et guillerette.

Lire la suite